keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley
LNV, bagarre générale !

LNV, bagarre générale !

le 04/01/2021
Durant ces trois premiers mois de compétition, disputés dans un contexte très singulier, la LNV a offert du beau spectacle dans toutes ses divisions. En LAM, Narbonne mène la danse mais la menace gronde. En LAF, Mulhouse...
lnv

Durant ces trois premiers mois de compétition, disputés dans un contexte très singulier, la LNV a offert du beau spectacle dans toutes ses divisions. En LAM, Narbonne mène la danse mais la menace gronde. En LAF, Mulhouse se pose en patron, tandis qu’en LBM, le duel Nancy – Saint-Nazaire tient ses promesses.

 

 

LAM

C’était attendu, écrit, avancé par tous les protagonistes avant même le premier coup de dé : la saison 2020-2021 serait d’une homogénéité et d’un niveau assez remarquables. Par le jeu d’un recrutement bien pensé, opportuniste aussi dans un contexte de fragilité économique dans de nombreux championnats étrangers, permettant d’attirer sur le rivage français beaucoup de pointures sud-américaines notamment, la LAM présentait de larges épaules. Après trois mois de compétition, et malgré une visibilité limitée en raison du grand nombre de matches décalés, le championnat est tel qu’imaginé : dense, resserré, de qualité. Et il faut donc se bagarrer sans cesse pour s’y faire une place. Certains y sont parvenus. Ainsi, Narbonne, attendu comme un outsider sérieux, et qui tient aujourd’hui les commandes, avec son grand projet et son bel effectif, son passeur référencé Nicolas Uriarte, son pointu Simon Hirsch de plus en plus à son aise, et son métronome argentin, Lisandro Zanotti. Mais derrière, ça gronde sévère. Cannes, qui fut avec Tourcoing, le premier à se mettre en route en tout début de saison, suit la cadence, avec son canonnier australien, Lincoln Williams et un central US sans faute, Taylor Averill. Mais deux équipes semblent un chouïa plus solides encore. Et ce n’est pas surprenant, puisqu’il s’agit du double tenant du titre, Tours, et de Montpellier. Le TVB présente une formation complète, un bloc-défense costaud et une palette offensive très large. Son capitaine, Nathan Wounembaina, ne tarit d’ailleurs pas d’éloges sur le cru tourangeau 2020-2021. Quant aux Montpelliérains, habilement renforcés cet été, notamment avec l’arrivée du central des Bleus, Nicolas Le Goff, ils sont tout simplement irrésistibles actuellement et alignent dix succès de rang, série en cours…avant un déplacement demain à Tours !

Mais la LAM ne s’arrête pas là. Cambrai est un magnifique promu qui montre sa trogne dans le top 5, grâce notamment au meilleur marqueur du championnat, un attaquant compulsif, Daniel Cagliari. Chaumont, après avoir chassé le Covid et les hésitations de début de saison, semblent trouver le bon rythme et revient dans la danse. Tourcoing, en revanche, a sacrément baissé de pied sur décembre (quatre défaites consécutives), mais le TLM a du talent et un jeu spectaculaire, orchestré par Matias Sanchez, qui peut le propulser très vite très haut. Les Spacer’s de Toulouse, malgré quelque inconstance, sont en chemin pour les Play-Offs et surtout en train de faire éclore une pépite, Théo Faure. Mal en point à l’allumage, Poitiers et son tandem passeur-pointu (Ma’a/Neves Atu) refont surface et seront dans la lutte aussi. Sète se bagarre également, tout comme Paris, qui se redresse prestement, notamment depuis l’arrivée d’un renfort XXL, Antonin Rouzier. Derrière en revanche, c’est plus rude. Leo Andric donne beaucoup aux Niçois, mais ça ne suffit pas. Quant aux Boys de Nantes Rezé, ils sont dans le dur depuis le début de la saison. Pour Ajaccio, la situation est plus corsée encore, avec un seul succès en quinze matches et le doute forcément instillé.      

 

LAF

Longtemps, Nantes, Mulhouse et Béziers ont livré une bataille splendide. Sur un fil, un point, au coude à coude toute cette première partie de saison ou presque. Et puis, Béziers a lâché un point face à Vandoeuvre Nancy, trois encore contre Cannes en suivant en décembre, quand le VBN, lui, s’est un peu affaissé, chutant face à ses rivaux directs, Béziers puis Mulhouse, avant de s’incliner à Paris pour finir l’année. A l’arrivée, seul Mulhouse, avec son collectif étoffé et son jeu structuré, a tenu la haute cadence, seulement battu par les Angels en douze matches de championnat, pour s’offrir même un petit matelas de quatre points d’avance en tête de classement. Mais rien n’est acquis encore pour l’ASPTT, loin de là. D’autant que Pays D’Aix Venelles tire déjà les dividendes d’un recrutement de luxe et se mêle, lui aussi à la lutte. Et puis, il y a le RC Cannes et Le Cannet qui déboulent maintenant, après un début de saison très délicat. Les Cannoises ont pris seize points sur dix-huit avant les fêtes et leur réceptionneuse-attaquante, Micaya White, accumule les cartons. Chez les Cannettanes, le rythme est aussi très bon et c’est souvent Natalya Mammadova qui fait le beau temps.

Bref, ça se resserre derrière l’ASPTT. Jusque dans l’Est de la France. Avec Taylor Mims à la finition, Terville-Florange a une bonne tête de «play-offable», de même que Vandoeuvre-Nancy, qui rêve d’envoyer paître ses complexes au vestiaire en deuxième partie de saison ! Derrière, Saint-Raphaël, Marcq-en-Barœul et Paris ne sont pas distancés du Top 8, loin de là, mais ces formations doivent sans doute gagner un peu en constance. Istres, qui flamba en tout début de saison, s’offrant même le scalp du RC Cannes, a eu plus de mal ensuite à confirmer et n’a plus gagné depuis le 14 novembre. Chamalières, qui veut assumer de plus hautes ambitions cette saison, est encore en-deçà de la cible. Mougins, équipe surprise du début d’exercice, est rentré dans le rang, malgré la présence dans ses rangs de la meilleure marqueuse du championnat, Tessa Grubbs. Enfin, France Avenir 2024 s’est démené tout l’automne pour décrocher avant les fêtes un premier succès, face au MOM, cette saison.

 

LBM

Ils sont au rendez-vous, dans un mouchoir. A cinq ou six journées de la fin de la première phase, Nancy et le SNVBA, candidats déclarés à la montée, occupent les deux premiers spots de LBM. Les Lorrains sont costauds, tenus en haut par Hugo De Leon et Horacio d’Almeida notamment. Côté nazairien, ça pulse bien aussi et «Pepe» Gonzalez continue de ravager toutes les prairies de LBM. Mais derrière ce duo de cadors, un trublion girondin s’accroche. Saint-Jean-D’Illac, et son équipe made in France, son pointu, Martin Jambon, rompu à l’exercice LBM, est dans la même seconde ou presque ! Même Le Plessis-Robinson cherche à s’immiscer désormais. Passé un début de saison délicat, les Franciliens ont trouvé le bon tempo, avec notamment le tandem offensif le plus efficace de la division, Rudy Verhoeff/Edson Felicissimo ! Saint-Quentin n’est pas largué non plus, surtout depuis qu’il a reconfiguré son attaque avec l’arrivée de l’Argentin Manuel Balagué. Derrière, ce quintet, Mende, Fréjus et Martigues sont sur la même ligne, même si les troupes varoises de Loïc Geiler ont deux matches de retard. Enfin, France Avenir 2024 a déjà accroché deux jolis succès (face à Saint-Jean-d’Illac et à Fréjus) en onze rencontres et étalé quelques belles promesses d’avenir.

lnv
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies